Urée

Définition – physiologie
L’urée constitue le produit ultime principal du catabolisme protéique chez l’homme.
L’urée est formée dans le foie. La synthèse résulte de processus métaboliques se déroulant dans le cycle de l’ornithine (ou cycle de Krebs-Henseleit) et constitue la voie métabolique principale d’excrétion du surplus d’azote corporel. L’urée, filtrée par les glomérules, est partiellement réabsorbée par les tubules. Son taux plasmatique reflète l’équilibre entre sa production et son excrétion.

Valeurs de référence
Dans le sérum: 17 – 43 mg/dL
Dans l’urine: 12 – 20 g/24 h.
L’urémie (ou azotémie) augmente légèrement avec l’âge.

Prélèvement – Propriétés de l’échantillon
Le dosage est effectué sur sérum, plasma et urines de 24 H. Il faut noter que la contamination par les bactéries possédant une uréase aura pour effet une décroissance (qui peut être importante) du taux d’urée des urines de 24 H.

Délai de réponse
Répondu le jour de réception

Intérêt clinique – Interprétation des résultats
Le dosage de l’urée, comme test de surveillance de la fonction rénale, est un paramètre à intégrer dans une investigation plus large ou une place prépondérante est laissée au dosage de la créatinine et à la détermination de sa clearance.
La mise en évidence d’une hyper-urémie peut être le reflet d’une perturbation pré-rénale (décompensation cardiaque, pertes hydriques, augmentation du catabolisme protéique), le plus souvent d’une insuffisance rénale aiguë ou chronique ou d’une anomalie post-rénale (calculs, hypertrophie prostatique, tumeur de la vessie).
L’urée augmente en cas de régime riche en protéines.
La mise en évidence d’une hypo-urémie reflète une insuffisance hépatique à un stade terminal s’accompagnant alors d’une hyper-ammoniémie.


Edition août 2019 © 2019-Institut de Biologie Clinique IBC’LAB Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction réservés pour tout pays