AC ANTIPHOSPHOLIPIDES : ANTICOAGULANTS LUPIQUES – AC ANTICARDIOLIPINE

Définition – physiologie
Les antiphospholipides représentent un ensemble d’anticorps mis en évidence par des tests de coagulation (anticoagulants lupiques) ou des tests immunologiques (anticorps anticardiolipine). Ils reconnaissent soit des phospholipides, soit des complexes phospholipides-cofacteurs protéiques, soit ces cofacteurs seuls. Les anticoagulants lupiques ont la propriété d’allonger les tests de coagulation phospholipides dépendants (par exemple le TCA). Cet effet « anticoagulant » ne s’exerce que in vitro.
Les anticoagulants lupiques ne sont qu’exceptionnellement associés à une diathèse hémorragique.
La présence persistante des antiphospholipides peut être en relation avec la survenue d’événements thrombotiques récurrents (veineux ou artériels) ou de complications obstétricales variées définissant alors le syndrome des antiphospholipides.
Prélèvement – Propriétés de l’échantillon
Le test est réalisé sur plasma citraté (tube bouchon bleu)
Valeurs de référence
• Anticoagulant lupique : absence d’anticorps (négatif)
• Anticorps anticardiolipine
IgG < 10 UGPL
IgM < 10 UMPL
En cas de valeurs positives, un contrôle doit être réalisé après 12 semaines
Délai de réponse
9 jours
Intérêt clinique – Interprétation des résultats
La recherche d’anticorps antiphospholipides se situe principalement dans le cadre d’un bilan étiologique de thrombose, ou en pathologie obstétricale (mort fœtale ou prématurité non expliquée par des causes morphologiques, avortements spontanés inexpliqués). La présence d’anticorps antiphospholipides peut se rencontrer lors de pathologies auto-immunitaires, dans des contextes infectieux, néoplasiques, iatrogènes ou de façon idiopathique. La découverte fortuite d’un allongement du temps de céphaline activé doit faire rechercher la présence d’anticoagulant lupique.
Edition mai 2019 © 2019-Institut de Biologie Clinique. Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction réservés pour tout pays