RECHERCHE ANTIGÉNIQUE DU VIRUS INFLUENZA TYPE A

Définition – physiologie
Il est intéressant de pratiquer un diagnostic rapide des infections virales respiratoires pendant la période à risque, c’est à dire environ d’octobre, novembre à février, mars. Ce diagnostic permet souvent d’exclure une infection bactérienne et d’économiser des traitements antibiotiques inutiles. Les virus que l’on peut détecter par des techniques immunoenzymatiques ou par immunofluorescence sont les virus influenza , parainfluenza (endémique toute l’année), respiratoire syncytial (RSV), adénovirus (cf plus haut). Les virus de la grippe concerne toute la population, les parainfluenza et respiratoire syncytial concernent surtout les enfants.

Prélèvement – Propriétés de l’échantillon
L’analyse est réalisée sur aspiration naso-pharyngée ou frottis de gorge. Le frottis de gorge doit être fait à l’aide du matériel procuré par le laboratoire. Il faut faire un frottis énergique, pour ramener des cellules infectées. On peut prendre deux écouvillons, faire deux frottis et les placer ensemble dans le milieu.

Valeurs de référence
Absence d’antigènes viraux

Intérêt clinique – Interprétation des résultats
La sensibilité de ce type de techniques est de l’ordre de 70 à 80 % par rapport à la clinique. L’intérêt en est la rapidité, les infections de ce type pouvant pour certaines d’entre elles traitées par antiviraux si détectées précocement (influenza) ou en cas d’infection grave( RSV).


Répertoire d'analyses de Biologie Clinique

G. JANSSENS, Directeur scientifique

Edition 2015 > PDF

Le répertoire a pour vocation d’aider au choix et à l’interprétation des paramètres de Biologie Clinique. Son édition est régulièrement complétée et modifiée. Toutefois il peut persister un délai entre la modification d’une analyse existante ou l’utilisation d’une nouvelle analyse et son apparition dans le répertoire.