FICHE ANALYSE : GLUCOSE
Analyse GLUCOSE
Valeurs de référence Plasma, à jeun : 70-100 mg/dL
Unités du laboratoire mg/dL
Délai de réponse 0
Type de tube à utiliser G
Tarification (Nbre de B) 50 B
Définition - physiologie Les hydrates de carbone alimentaires (principalement sous forme d'amidon et de glycogène) subissent au niveau du tractus digestif une hydrolyse enzymatique libérant le monomère quantitativement le plus important: le glucose. L'absorption du glucose est quasi complète. La pénétration intracellulaire du glucose sanguin résulte d'un processus actif initié et accéléré par l'insuline. La régulation hormonale de la glycémie est un processus plurifactoriel complexe: le système hypoglycémiant est principalement constitué par l'insuline et le système hyperglycémiant par le glucagon, le cortisol, l'hormone de croissance et l'adrénaline. La somatostatine a pour effet d'inhiber la sécrétion d'insuline et de glucagon. La destinée métabolique du glucose est fonction des besoins de l'organisme: stockage sous forme de glycogène; catabolisme permettant l'obtention d'énergie utilisable sous la forme d'ATP; transformation en céto-acides, acides aminés et protéines; transformation en lipides de réserve si la quantité de glucose absorbée dépasse largement les besoins énergétiques.
Prélèvement - Propriétés de l'échantillon Le sang est prélevé sur fluorure de sodium afin d'inhiber prévenir la glycolyse, et maintenu à 4°C si l'analyse n'est pas réalisée immédiatement. En absence de fluorure, le glucose plasmatique diminue d'environ 5% par heure dans du sang anticoagulé à t° ambiante. L'hémolyse invalide le test.
La mesure de glycémie peut se faire à jeun ou à n'importe quel moment ("glycémie aléatoire").
Tube gris
Intérêt clinique - Interprétation des résultats e dosage du glucose est le paramètre central dans l'investigation des troubles du métabolisme glucidique; toutefois l'interprétation d’une valeur isolée peut soulever de nombreux problèmes qui pourront être abordés dans un contexte biologique plus large comprenant des paramètres de diagnostic (glucosurie, glycémie postprandiale, épreuve de tolérance au glucose, courbe d'insulinémie) et de surveillance (hémoglobine glyquée).

Hyperglycémie

Les critères diagnostiques du diabète les plus récents (American Diabetes Association 2006) sont :
1. symptômes du diabète (polyurie, polydipsie, perte de poids…) + glycémie aléatoire
200 mg/dL
2. glycémie à jeun
  126 mg/dL
3. glycémie 2h après 75 g de glucose (pendant une épreuve d'hyperglycémie provoquée)
  200 mg/dL.
En absence de symptômes évidents, le diagnostic de diabète ne peut jamais être établi sur la base d'une seule valeur anormale de glycémie : au moins une deuxième valeur anormale est requise (à jeun, aléatoire ou lors d'une épreuve).

On parle d'intolérance au glucose lorsque :
• la glycémie à jeun est
  100 mg/dL, mais < 126 mg/dL
• la glycémie 2h après 75 g de glucose est
  140 mg/dL, mais < 200 mg/dL.


Hypoglycémie
La plupart des épisodes d'hypoglycémie surviennent chez les patients diabétiques, en cas de :
-prise insuffisante d'hydrates de carbone
-dose excessive d'insuline ou de sulfonylurée
-efforts trop intensifs
-absorption excessive d'alcool

En absence de diabète l'hypoglycémie peut exister à jeun ou être réactive.

Hypoglycémie à jeun :
- Insulinome (tumeur des cellules
β
des îlots de Langerhans)
- Atteinte hépatique grave
- Trouble de stockage du glycogène
- Insuffisance surrénalienne

Hypoglycémie réactive :
- Injections d'insuline
- Après un repas en cas de gastrectomie
- Abus d'alcool







retour                Last update : Aug-10   , Répertoire d'analyses de Biologie Clinique 4ème édition 2009, All rights reserved