FICHE ANALYSE :  GONADOTROPHINES HYPOPHYSAIRES (FSH ET LH)
Analyse GONADOTROPHINES HYPOPHYSAIRES (FSH ET LH)
Valeurs de référence


FSH
Homme prépuberté : < 4.6 U/L
Homme adulte : 1.4 - 18.1 U/L

Femme prébuberté : 1.0 - 7.2 U/L
Femme phase folliculaire : 2.5 - 10.2 U/L
Femme pic ovulatoire : 3.4 - 33.4 U/L
Femme phase lutéale : 1.5 - 9.2 U/L
Femme ménopause : 23 - 116 U/L
LH Homme prépuberté : < 3.6 U/L
Homme adulte : 1.5 - 9.3 U/L

Femme phase folliculaire : 1.9 - 12.5 U/L
Femme pic ovulatoire : 8.7 - 76.3 U/L
Femme phase lutéale : 0.5 - 19.9 U/L
Femme ménopause : 15.9 - 54 U/L
LH et FSH sont sécrétées de manière pulsatile rendant parfois nécessaires les dosages répétés (par exemple, 3 dosages à 15 minutes d'intervalle).
Unités du laboratoire U/L
Délai de réponse 0
Type de tube à utiliser S
Tarification (Nbre de B) 300 B
Définition - physiologie FSH (Follicle Stimulating Hormone) et LH (Luteinizing Hormone) sont des hormones de nature glycoprotéique synthétisées au niveau antéhypophysaire. FSH et LH, tout comme TSH et HCG se composent de deux sous unités: a et b. La sous-unité a est commune aux quatre hormones, par contre, la sous-unité b présente des caractéristiques structurelles propres à chacune. Les singularités moléculaires de la chaîne b confèrent la spécificité fonctionnelle et permettent le dosage différentiel complet de FSH, LH, TSH et HCG par les méthodes immunologiques utilisant les anticorps monoclonaux.
Au niveau de l'ovaire, la FSH exerce son action en stimulant la maturation folliculaire et la production d'oestrogènes. L'élévation des oestrogènes déclenche un pic de LH, et dans une moindre mesure de FSH, entraînant l'ovulation. La synthèse de progestérone par le corps jaune est sous l'influence de la LH.
Au niveau testiculaire, la FSH agit sur la spermatogenèse, et la LH stimule la sécrétion de testostérone par les cellules de Leydig.
La régulation de la sécrétion de FSH et LH est un phénomène complexe faisant principalement intervenir:
- L'axe hypothalamo-hypophysaire par l'intermédiaire d'une hormone peptidique: la LH-RH (luteinizing hormone - releasing hormone), aussi appelée Gn-RH (gonadotropin-releasing hormone).
- Le taux de testostérone et de progestérone (feedback négatif).
- Le taux d’œstrogènes (feedback négatif ou positif, selon le moment du cycle et la concentration)
Prélèvement - Propriétés de l'échantillon L'analyse est réalisée sur sérum.

LH et FSH sont sécrétées de manière pulsatile rendant parfois nécessaires les dosages répétés (par exemple, 3 dosages à 15 minutes d'intervalle).
Intérêt clinique - Interprétation des résultats Chez l'homme:
Les dosages de FSH et LH s'inscrivent, avec ceux de la testostérone et de la testostérone libre, comme tests de base de l'investigation de la fonction testiculaire.
Ils permettent la distinction entre un hypogonadisme primaire (ou hypergonadotrope : augmentation de la LH) ou secondaire (hypogonadotrope :LH normale ou diminuée).

Hypogonadisme primaire
- acquis : oreillons, irradiation, traumatisme…
- congénital : Klinefelter, agénésie testiculaire, bloc enzymatique dans la
synthèse des androgènes
- maladie systémique : insuffisance rénale, cirrhose

Hypogonadisme secondaire
- lésion hypothalamique ou hypophysaire, panhypopituitarisme, syndrome
de Kallman (déficience isolée en LH-RH), hyperprolactinémie
- malnutrition, affection chronique sévère

Les résultats subnormaux ou d'interprétation délicate peuvent être avantageusement complétés par des dosages hormonaux (prolactine, oestradiol) ou par une épreuve dynamique (test de stimulation au LH-RH).

Chez la femme:

Les tests de base de l'investigation de la fonction ovarienne comprennent les gonadotrophines hypophysaires (FSH et LH), l'oestradiol et la progestérone. Ils sont complétés selon les cas par les dosages de prolactine, oestrone et androgènes.
Les tests dynamiques (test de stimulation au LH-RH) peuvent s'avérer nécessaires à l'appréciation de l'intégrité de l'axe hypothalamus - hypophyse - ovaire.

Hypogonadisme primaire
- acquis : irradiation, chimiothérapie
- congénital : Turner

Hypogonadisme secondaire :
- lésion hypothalamique ou hypophysaire, panhypopituitarisme, syndrome de Kallman (déficience isolée en LH-RH), hyperprolactinémie
- malnutrition, affection chronique sévère

En période d'activité génitale :

On distingue classiquement au cours du cycle menstruel, 4 phases: menstruelle, folliculaire, ovulatoire, et lutéale.
Durant la phase folliculaire, la FSH stimule la croissance folliculaire et permet (en présence d'un taux suffisant de LH) la production d’œstrogènes.
En phase ovulatoire, FSH et LH agissent en synergie sur le follicule arrivé à maturité permettant l'expulsion de l'ovocyte et la transformation du follicule mûr en corps jaune.
En phase lutéale, la LH agit sur les cellules du corps jaune induisant la production de progestérone.
La "normalité biologique" s'apprécie par rapport à la longueur du cycle,
aux taux des gonadotrophines, aux synthèses d’œstrogènes et à la production de progestérone.

En période de pré-ménopause et de ménopause:

Vers l'âge de 45 ans, la fréquence des cycles ovulatoires diminue, principalement par disparition progressive du capital folliculaire mais également à cause d'une diminution de la réponse ovarienne aux gonadotrophines FSH et LH. Cette période de raréfaction des cycles ovulatoires et de diminution de l'hormonogénèse ovarienne est définie comme pré-ménopause. Durant cette période, les concentrations sériques de LH et surtout de FSH augmentent pour atteindre les valeurs élevées constatées en période de ménopause confirmée.







retour                Last update : Dec-12   , Répertoire d'analyses de Biologie Clinique 4ème édition 2009, All rights reserved