Réunion d’information pour nos préleveurs

La ponction veineuse – FAQ

Le Dr Isabelle Delannay, médecin biologiste, répond à vos questions

Le pli du coude est en principe l’endroit idéal et le moins douloureux pour effectuer la prise de sang. Chez les patients plus difficiles à piquer, toutes les veines superficielles du dos de la main peuvent également être explorées.

En cas de veines qui roulent, il est important de tirer fermement la peau avec un peu de tissu de soutien pour immobiliser et stabiliser la veine avant de la ponctionner ; je recommande particulièrement cette technique chez les personnes âgées.
Si les veines ne sont pas palpables, j’applique un peu de chaleur sur le bras (compresses chaudes) après la pose du garrot ce qui dilate les veines et les rend un peu plus visibles, on peut masser légèrement le bras en allant du poignet vers le garrot.
Pour les jeunes enfants, je recommande l’utilisation d’un anesthésique local type Emla® 1 heure avant le prélèvement ; pour les bébés on retire l’anesthésique local ½ heure avant le prélèvement car il peut y avoir un risque de fragilité veineuse au moment du prélèvement.
En cas de grosse difficulté à « repérer » une veine chez un jeune enfant, il est également possible de laisser couler de l’eau tiède sur le bras ou d’apposer une compresse chaude quelques minutes avant la pose du garrot.

On désinfecte la peau (de l’intérieur vers l’extérieur) avec un antiseptique. Après évaporation de l’alcool (environ 20 -30 secondes) la peau est désinfectée et on peut alors ponctionner. En principe on ne touche plus à la zone désinfectée de la peau.

On pose le garrot 10-12 cm en amont de l’endroit de ponction et on demande au patient de bien serrer la main, de tendre l’avant-bras vers le bas et de ne pas bouger à l’introduction de l’aiguille et pendant le prélèvement.
Il est recommandé de ne pas serrer le garrot trop fort (idéalement 20-30 mm Hg au-dessus de la pression systolique – on doit toujours palper l’artère).
Il faut aussi éviter de laisser le garrot serré pendant trop longtemps (maximum 1 minute). Si le garrot est resté trop longtemps en place pendant l’inspection et la palpation des veines, il vaut mieux le relâcher pendant une ou deux minutes avant la ponction. L’utilisation de tubes de prélèvement sous vide implique le relâchement rapide du garrot, plus précisément lors du départ du remplissage du premier tube.

Ces précautions sont utiles afin de prévenir l’hémolyse qui peut fausser différents paramètres biologiques.

Si la ponction est réalisée avec un papillon, on débute toujours par le sérum (présence de vide dans la tubulure).
(1. Flacons à hémoculture)
2. Tubes pour analyse de sérum (tubes secs) : BOUCHONS ROUGES
3. Tubes citratés (bilan de coagulation) : BOUCHONS BLEUS
4. Autres tubes contenant des anticoagulants (EDTA, Héparine, etc.) : BOUCHON MAUVE / GRIS/ VERT

Si la ponction est réalisée à l’aiguille, on commence par la coagulation (bouchon BLEU).
(1. Flacons à hémoculture)
2. Tubes citratés (bilan de coagulation) : BOUCHONS BLEUS
3. Tubes pour analyse de sérum (tubes secs) : BOUCHONS ROUGES
4. Autres tubes contenant des anticoagulants (EDTA, Héparine, etc.) BOUCHON MAUVE / GRIS/ VERT

Au cas où il faudrait prélever une hémoculture, les flacons hémocultures recevront la priorité absolue étant donné que ce type de prélèvement doit se faire dans des conditions stériles.

Les tubes sous vide se remplissent automatiquement, jusqu’au trait sur l’étiquette.
Si un tube sec n’est pas rempli complètement, ce n’est pas très grave.
Par contre, il est impératif de remplir les tubes BLEUS complètement jusqu’au trait sur l’étiquette. Si ce n’est pas le cas, il y a déséquilibre entre le volume de l’anticoagulant et le volume de sang prélevé et le résultat sera non interprétable.

Chaque tube doit être mélangé doucement après son remplissage mais il ne faut jamais agiter !!

En attente du transport, les échantillons (sang et urines) prélevés sont à conserver à température ambiante.
Il ne faut jamais les mettre au congélateur même en cas de prélèvement la veille au soir.

Voir aussi notre page « informations pratiques »  :   Techniques de prélèvements : échantillons sanguins