CLOSTRIDIUM DIFFICILE (TOXINES, ANTIGÈNE GDH)

Définition – physiologie
Chostridium difficile est un bacille gram positif, sporulé, anaérobie strict, retrouvé dans l’environnement ainsi que dans l’intestin de l’homme et de l’animal. La bactérie est responsable de 10 à 25 % des diarrhées associées aux antibiotiques et de la quasi-totalité des colites pseudomembraneuse.
Chlostridium difficile est la principale cause de diarrhée nosocomiale chez l’adulte.

Prélèvement – Propriétés de l’échantillon
Les selles doivent être diarrhéiques ou molles. L’analyse doit être réalisée dans les 2 heures. Si ce n’est le cas, le prélèvement peut être conservé à 4°C durant trois jours.
La recherche de toxines de Chlostridium difficile peut également être réalisée à partir de liquide intestinal prélevé par endoscopie

Intérêt clinique – Interprétation des résultats
La glutamate déshydrogénase (GDH) est produite par toutes les souches de Chlostridium difficile. Sa détection constitue un bon marqueur de la présence de cette bactérie dans les selles. La valeur prédictive négative est excellente.
La recherche des toxines A et B doit être effectuée en parallèle : seules les souches pathogènes en produisent.

Le portage asymptomatique d’une souche de Chlostridium difficile toxinogène doit être pris en considération. Il peut être fréquent, en particulier chez les personnes âgées, rendant délicate l’interprétation des résultats. La sélection appropriée des échantillons et l’histoire clinique gardent toute leur importance.


Répertoire d'analyses de Biologie Clinique

G. JANSSENS, Directeur scientifique

Edition 2015 > PDF

Le répertoire a pour vocation d’aider au choix et à l’interprétation des paramètres de Biologie Clinique. Son édition est régulièrement complétée et modifiée. Toutefois il peut persister un délai entre la modification d’une analyse existante ou l’utilisation d’une nouvelle analyse et son apparition dans le répertoire.